Maurice Herzog, le vainqueur de l'Annapurna

Gaulliste historique, ancien résistant et alpiniste de légende, Maurice Herzog est mort vendredi à l'âge de 93 ans. Ministre du général de Gaulle, il fut également député de Haute-Savoie et maire de Chamonix.

On retiendra de lui la photo de légende où il brandit le piolet de la «victoire sur l'Himalaya», en 1950. Gaulliste et ancien résistant, l'alpiniste Maurice Herzog, qui avait également embrassé une carrière politique, est mort vendredi à l'âge de 93 ans.

Premier d'une cordée à être arrivé à plus de 8000 mètres, dans l'Himalaya, le 3 juin 1950, il a payé sa victoire par une amputation des doigts et des orteils. «Vous voyez ce que j'ai en moins mais, moi, je sens ce que j'ai en plus, disait-il. Et c'est incomparablement plus grand que ce que j'ai en moins». Cette incroyable aventure, il la raconte dans ce qui reste le best-seller absolu de la littérature de montagne: «Annapurna, premier 8000», vendu à une douzaine de millions d'exemplaires et traduit en 40 langues.

Un des rares Français à être connus partout

Dans la France de l'après-guerre, «notre exploit devait être celui de la nation, nous grimpions avec au cœur la pensée du pays et de toute la jeunesse que nous représentions», soulignait-il encore. À son retour en France, avec son physique d'acteur de cinéma, «il était auréolé d'une gloire dont il est difficile de se faire une idée. Il était notre Lindbergh, notre Redford, dans le monde», a écrit l'académicien Jean d'Ormesson en 1997.

Né le 15 janvier 1919 à Lyon, ce gaulliste de la première heure devient directeur de la société Kléber-Colombes. En 1958, le général de Gaulle cherche des hommes capables de redonner un idéal à la jeunesse. Maurice Herzog est de ceux-là: il devient Haut-commissaire à la Jeunesse et aux sports et, en 1963, secrétaire d'État à la Jeunesse et aux sports. Député de Haute-Savoie, il sera maire de Chamonix de 1968 à 1977. Jusqu'à sa retraite, il dirige plusieurs entreprises, dont la Société du tunnel sous le Mont-Blanc (1981-84). Depuis 1995, il était membre honoraire du Comité international olympique (CIO). Le 1er janvier 2012, il avait été élevé au rang de grand-croix de l'Ordre national de la Légion d'honneur.

Lire la suite de l'article sur Le Figaro.

 
 

 

Commentaires

Docu intéressant quoi qu'il en soit. A voir donc. (de toute façon cela vaudra mieux que le dernier navet hollywoodien).

Je crois que j 'ai vu une émission ou sa fille conteste sa version des faits.

Oui elle a écrit un livre pour laver son linge sale en public, histoire de famille, lamentable idiote.

Ajouter un commentaire

Les meilleurs commentaires seront publiés.
CAPTCHA
Cette question permet de s'assurer que vous êtes un utilisateur humain et non un logiciel automatisé de spam.
4 + 15 =
Trouvez la solution de ce problème mathématique simple et saisissez le résultat. Par exemple, pour 1 + 3, saisissez 4.

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.